Suite

Impossible d'afficher correctement les données nouvellement insérées dans PostGIS sur Geoserver

Impossible d'afficher correctement les données nouvellement insérées dans PostGIS sur Geoserver


J'ai créé un magasin postGis dans Geoserver. J'ai créé des calques avec des points et des lignes et je les affiche sur une application basée sur OpenLayers. J'utilise également un workflow FME pour insérer de nouvelles données dans ma table postGis. Je m'attendais à ce que mes couches de géoserveur soient mises à jour automatiquement, mais cela ne s'est pas produit.

Le problème était que je devais définir de nouvelles limites dans les propriétés des calques. Après cela, j'ai pu voir certaines (pas toutes) de mes données nouvellement insérées sur la carte. Dans différents niveaux de zoom, j'avais différentes informations affichées. Par exemple, dans le levier de zoom supérieur, je pouvais voir toutes les informations, mais en zoomant, je voyais moins (voir les figures).

Je pensais que cela pouvait être lié à la mise en cache. J'ai utilisé l'interface du géoserveur pour générer des tuiles manquantes et selon le géoserveur, le processus a réussi.

Enfin, j'ai redémarré le service geoserver et tomcat7 sans succès non plus.

Lorsque je sélectionne l'aperçu du calque dans


Ce comportement que j'ai déjà vu avec des données ponctuelles et je n'ai pas trouvé de solution de contournement pour la couche existante. La solution de contournement que j'ai utilisée dans le passé consiste à faire une copie de la table dans la base de données, à l'appeler différemment et à recréer la couche. Lorsque vous êtes dans la section Bounding Box, assurez-vous de surestimer légèrement les valeurs de la zone de délimitation (ou l'étendue maximale possible jusqu'à laquelle les données pourraient croître). Cela garantira que les caractéristiques de bord ne sont pas coupées lorsque vous effectuez un zoom avant.


Ces instructions fournissent un machine virtuelle qui a déjà été configuré avec Boundless Suite, éliminant ainsi le besoin d'installer Boundless Suite directement sur votre machine.

Toutes les interactions avec Boundless Suite se feront toujours via le navigateur standard de votre hôte ou une connexion de terminal. Il n'est pas nécessaire d'interagir directement avec la console de la machine virtuelle une fois qu'elle est en cours d'exécution.

Ces instructions ne doivent être utilisées qu'avec VirtualBox. Cette machine a installé les ajouts d'invité VirtualBox, ce qui est requis pour des fonctionnalités telles que les dossiers partagés.

  • Veuillez désactiver tous les programmes de votre système qui utilisent les ports 2020, 5432, 8080 ou 8433.
  • Assurez-vous d'avoir des privilèges d'administrateur / super-utilisateur sur votre système.
  • Vous devez pouvoir exécuter une machine virtuelle 64 bits. Les machines 32 bits ne sont pas prises en charge.
  • Vous devez disposer d'au moins 2 Go de mémoire et 4 Go d'espace disque libre (plus un espace supplémentaire pour les données chargées).

À installer VirtualBox ouvrez Terminal. Accédez à Applications ‣ Outils système ‣ Terminal .

Terminal d'ouverture

Exécutez la séquence de commandes suivante dans la console :

Après l'installation, exécutez VirtualBox. Accédez à Fichier ‣ Importer l'appliance .

Sélectionnez le fichier de machine virtuelle Boundless Suite.

Les détails sur la machine virtuelle seront affichés. Cliquez sur Importer.

Le contrat de licence de Boundless Suite s'affiche. Cliquez sur Accepter pour accepter.

Vous verrez maintenant l'entrée Boundless Suite dans la liste des machines virtuelles de VirtualBox.

VirtualBox Manager montrant la machine virtuelle Boundless Suite

Cliquez pour sélectionner la machine virtuelle, puis cliquez sur Dossiers partagés .

Accéder au menu des dossiers partagés

Afin de faciliter la copie des fichiers de votre système hôte vers la machine virtuelle, nous vous recommandons de créer un dossier partagé de sorte que tous les fichiers copiés dans ce dossier soient accessibles à l'intérieur de la machine virtuelle. Cliquez avec le bouton droit sur la zone vide de la boîte de dialogue et sélectionnez Ajouter un dossier partagé (ou appuyez sur Insérer ).

Lien pour ajouter un nouveau dossier partagé

  • Pour Chemin du dossier , sélectionnez un répertoire sur la machine hôte qui servira de dossier partagé. Une bonne option pour ce répertoire serait le bureau.
  • Pour Nom du dossier , entrez partager .
  • Cochez Montage automatique .

Lorsque vous avez terminé, cliquez sur OK , puis cliquez à nouveau sur OK pour fermer la page Paramètres.


Abstrait

Au printemps 2013, la NASA a mené une campagne de terrain connue sous le nom d'études sur les inondations dans l'Iowa (IFloodS) dans le cadre du programme de validation au sol (GV) pour la mission Global Precipitation Measurement (GPM). L'objectif d'IFloodS était d'améliorer la compréhension des observations spatiales liées aux inondations des processus de précipitation lors d'événements qui se produisent dans le monde entier. La NASA a utilisé un certain nombre d'instruments scientifiques tels que des radars météorologiques au sol, des pluviomètres et des pluviomètres, des pluviomètres et des disdromètres pour surveiller les précipitations dans l'Iowa. Cet article présente les outils et systèmes de cyberinfrastructure qui ont pris en charge la planification, les rapports et la gestion de la campagne sur le terrain et qui permettent d'accéder, d'évaluer et de partager ces données et modèles pour la recherche. Les auteurs décrivent les outils informatiques collaboratifs, adaptés à la conception du réseau, qui ont été utilisés pour sélectionner les emplacements dans lesquels placer les instruments. Comment les auteurs ont utilisé les outils informatiques pour la surveillance des instruments, l'acquisition de données et les visualisations après le déploiement des instruments et comment ils ont utilisé un ensemble différent d'outils pour prendre en charge l'analyse et la modélisation des données après la campagne sont également expliqués. Toutes les données collectées au cours de la campagne sont disponibles via le Global Hydrology Resource Center (GHRC), un centre d'archives actives distribuées de la NASA (DAAC).


Canton de Polk, comté de Huntington, Indiana

Selon le recensement de 2010, le canton a une superficie totale de 24,11 milles carrés (62,4 km 2 ), dont 22,76 milles carrés (58,9 km 2 ) (ou 94,40 %) sont des terres et 1,35 milles carrés (3,5 et #160km 2 ) (ou 5,60%) c'est de l'eau. [1]

Villes et villages[modifier]

Communautés non constituées en société[modifier]

Cantons adjacents[modifier]



  • Canton de Dallas (nord)

  • Canton de Huntington (nord-est)

  • Canton de Lancaster (est)

  • Canton de Jefferson (sud-est)

  • Canton de Wayne (sud)

  • Canton de Liberty, comté de Wabash (sud-ouest)

  • Canton de Lagro, comté de Wabash (nord-ouest)

Cimetières[modifier]

Le canton contient un cimetière, Monument City Memorial.

Grandes autoroutes[modifier]



  • Route d'État de l'Indiana 105


  • Route d'État de l'Indiana 124


Mdhntd

Pourquoi n'y a-t-il pas de robinets d'arrêt d'eau pour chaque pièce ?

Pourquoi le Japon utilise-t-il le même type de prise de courant alternatif que les États-Unis ?

Comment demander 2 à 3 jours par semaine de travail à distance lors d'un entretien d'embauche ?

Humain avec un métabolisme super efficace

Changement de temps au milieu de la narration

L'utilisation d'une résistance en série avec une LED pour contrôler sa tension augmentera-t-elle la dépense énergétique totale ?

Les employeurs sont-ils légalement autorisés à payer leurs employés en biens et services égaux ou supérieurs au salaire minimum ?

Les pâturages d'élevage de bovins éliminent-ils net les émissions de carbone?

Que faire des manuels des années 80 ?

Y a-t-il des inconvénients à utiliser des coins arrondis pour les graphiques à barres ?

Transition vers le "mode famine" dans les situations de survie

Escroquer? Appel téléphonique du « Department of Social Security » me demandant de rappeler

Les magnétites peuvent-elles être utilisées pour magnétiser des armes en fer brut ?

Comment l'armure (et le combat) changerait-elle si le combattant n'avait pas besoin de la porter ?

Un AVERTISSEMENT VISA irlandais compte-t-il comme « entrée refusée à la frontière d'un pays autre que le Royaume-Uni ? »

Comment l'exploit d'athlète affecte-t-il la race jouable de Ravnica Centaur ?

Routage BGP global uniquement en important uniquement les préfixes de supernet

Quelle est la chose la plus chaude de l'univers ?

Comment retrouver un vieux papier quand les méthodes habituelles échouent ?

Connectez-vous en tant qu'autre utilisateur dans PostGIS à l'aide de QGIS 2.18 sans redémarrage

Modification de la source de données de la couche dans QGISProblème de chargement de la couche de vue PostGIS (Postgres) dans QGISConnectez-vous à la base de données PostGIS à l'aide de QGIS - lorsqu'il n'est pas sur localhostSimplifiez le processus d'authentification PostGIS à partir de QGIS

J'ai une base de données PostGIS avec trois rôles : admin, user et readonly.

Lorsque je configure une connexion à cette base de données via "Ajouter une couche PostGIS", cette connexion est enregistrée comme il se doit. Je me connecte donc en tant qu'administrateur pour créer des tables. Je n'enregistre aucune information de connexion.

Mais maintenant, je n'ai plus la possibilité de me déconnecter et de me reconnecter en tant qu'autre utilisateur, par ex. pour vérifier si j'ai configuré les rôles correctement ou autre.

J'ai essayé de me reconnecter via "Ajouter une couche PostGIS" mais cela n'a aucun effet.
La seule façon de le faire semble fermer QGIS et le redémarrer.

Existe-t-il un autre moyen de se déconnecter et de se reconnecter en tant qu'autre utilisateur ? Pour l'instant, cela doit être fait en utilisant QGIS 2.18.

J'ai compris que je pouvais exécuter 3 instances de QGIS avec 3 informations de connexion différentes en même temps. Mieux que de redémarrer, mais pas la "solution" que j'espérais.

peut-être en utilisant le plugin "changeDataSource", regardez ce gis.stackexchange.com/questions/62610/…

vous pouvez ajouter une autre connexion en tant qu'utilisateur ReadOnly et ajouter la couche à partir de ce compte. Le comportement (non modifiable par exemple) est observable

Cela semble logique, mais malheureusement cela ne fonctionne pas. QGIS reconnaît les deux connexions à la même base de données comme une seule d'une manière ou d'une autre. Et encore une fois, seules les informations de connexion que j'ai entrées en premier sont utilisées. Par conséquent, le plugin changeDataSource n'aide pas non plus, car il utilise les connexions fournies par QGIS.

J'ai une base de données PostGIS avec trois rôles : admin, user et readonly.

Lorsque je configure une connexion à cette base de données via "Ajouter une couche PostGIS", cette connexion est enregistrée comme il se doit. Je me connecte donc en tant qu'administrateur pour créer des tables. Je n'enregistre aucune information de connexion.

Mais maintenant, je n'ai plus la possibilité de me déconnecter et de me reconnecter en tant qu'autre utilisateur, par ex. pour vérifier si j'ai configuré les rôles correctement ou autre.

J'ai essayé de me reconnecter via "Ajouter une couche PostGIS" mais cela n'a aucun effet.
La seule façon de le faire semble fermer QGIS et le redémarrer.

Existe-t-il un autre moyen de se déconnecter et de se reconnecter en tant qu'autre utilisateur ? Pour l'instant, cela doit être fait en utilisant QGIS 2.18.

J'ai compris que je pouvais exécuter 3 instances de QGIS avec 3 informations de connexion différentes en même temps. Mieux que de redémarrer, mais pas la "solution" que j'espérais.

peut-être en utilisant le plugin "changeDataSource", regardez ce gis.stackexchange.com/questions/62610/…

vous pouvez ajouter une autre connexion en tant qu'utilisateur ReadOnly et ajouter la couche à partir de ce compte. Le comportement (non modifiable par exemple) est observable

Cela semble logique, mais malheureusement cela ne fonctionne pas. QGIS reconnaît les deux connexions à la même base de données comme une seule d'une manière ou d'une autre. Et encore une fois, seules les informations de connexion que j'ai entrées en premier sont utilisées. Par conséquent, le plugin changeDataSource n'aide pas non plus, car il utilise les connexions fournies par QGIS.

J'ai une base de données PostGIS avec trois rôles : admin, user et readonly.

Lorsque je configure une connexion à cette base de données via "Ajouter une couche PostGIS", cette connexion est enregistrée comme il se doit. Je me connecte donc en tant qu'administrateur pour créer des tables. Je n'enregistre aucune information de connexion.

Mais maintenant, je n'ai plus la possibilité de me déconnecter et de me reconnecter en tant qu'autre utilisateur, par ex. pour vérifier si j'ai configuré les rôles correctement ou autre.

J'ai essayé de me reconnecter via "Ajouter une couche PostGIS" mais cela n'a aucun effet.
La seule façon de le faire semble fermer QGIS et le redémarrer.

Existe-t-il un autre moyen de se déconnecter et de se reconnecter en tant qu'autre utilisateur ? Pour l'instant, cela doit être fait en utilisant QGIS 2.18.

J'ai compris que je pouvais exécuter 3 instances de QGIS avec 3 informations de connexion différentes en même temps. Mieux que de redémarrer, mais pas la "solution" que j'espérais.

J'ai une base de données PostGIS avec trois rôles : admin, user et readonly.

Lorsque je configure une connexion à cette base de données via "Ajouter une couche PostGIS", cette connexion est enregistrée comme il se doit. Je me connecte donc en tant qu'administrateur pour créer des tables. Je n'enregistre aucune information de connexion.

Mais maintenant, je n'ai plus la possibilité de me déconnecter et de me reconnecter en tant qu'autre utilisateur, par ex. pour vérifier si j'ai configuré les rôles correctement ou autre.

J'ai essayé de me reconnecter via "Ajouter une couche PostGIS" mais cela n'a aucun effet.
La seule façon de le faire semble fermer QGIS et le redémarrer.

Existe-t-il un autre moyen de se déconnecter et de se reconnecter en tant qu'autre utilisateur ? Pour l'instant, cela doit être fait en utilisant QGIS 2.18.

J'ai compris que je pouvais exécuter 3 instances de QGIS avec 3 informations de connexion différentes en même temps. Mieux que de redémarrer, mais pas la "solution" que j'espérais.

peut-être en utilisant le plugin "changeDataSource", regardez ce gis.stackexchange.com/questions/62610/…

vous pouvez ajouter une autre connexion en tant qu'utilisateur ReadOnly et ajouter la couche à partir de ce compte. Le comportement (non modifiable par exemple) est observable

Cela semble logique, mais malheureusement cela ne fonctionne pas. QGIS reconnaît les deux connexions à la même base de données comme une seule d'une manière ou d'une autre. Et encore une fois, seules les informations de connexion que j'ai entrées en premier sont utilisées. Par conséquent, le plugin changeDataSource n'aide pas non plus, car il utilise les connexions fournies par QGIS.

peut-être en utilisant le plugin "changeDataSource", regardez ce gis.stackexchange.com/questions/62610/…

vous pouvez ajouter une autre connexion en tant qu'utilisateur ReadOnly et ajouter la couche à partir de ce compte. Le comportement (non modifiable par exemple) est observable

Cela semble logique, mais malheureusement cela ne fonctionne pas. QGIS reconnaît les deux connexions à la même base de données comme une seule d'une manière ou d'une autre. Et encore une fois, seules les informations de connexion que j'ai entrées en premier sont utilisées. Par conséquent, le plugin changeDataSource n'aide pas non plus, car il utilise les connexions fournies par QGIS.

peut-être en utilisant le plugin "changeDataSource", regardez ce gis.stackexchange.com/questions/62610/…

peut-être en utilisant le plugin "changeDataSource", regardez ce gis.stackexchange.com/questions/62610/…

vous pouvez ajouter une autre connexion en tant qu'utilisateur ReadOnly et ajouter la couche à partir de ce compte. Le comportement (non modifiable par exemple) est observable

vous pouvez ajouter une autre connexion en tant qu'utilisateur ReadOnly et ajouter la couche à partir de ce compte. Le comportement (non modifiable par exemple) est observable

Cela semble logique, mais malheureusement cela ne fonctionne pas. QGIS reconnaît les deux connexions à la même base de données comme une seule d'une manière ou d'une autre. Et encore une fois, seules les informations de connexion que j'ai entrées en premier sont utilisées. Par conséquent, le plugin changeDataSource n'aide pas non plus, car il utilise les connexions fournies par QGIS.

Cela semble logique, mais malheureusement cela ne fonctionne pas. QGIS reconnaît les deux connexions à la même base de données comme une seule d'une manière ou d'une autre. Et encore une fois, seules les informations de connexion que j'ai entrées en premier sont utilisées. Par conséquent, le plugin changeDataSource n'aide pas non plus, car il utilise les connexions fournies par QGIS.


Mesures de terrain en digues de rivière : validation et gestion avec base de données spatiale et webGIS

Cette étude se concentre sur le développement d'un système avec une base de données spatiale et un webGIS capable de stocker, valider et afficher les données pour aider les décideurs à gérer les systèmes d'alerte précoce pour les ruptures de digues fluviales. Afin d'obtenir des résultats précis, il est indispensable de disposer d'un outil capable de gérer un grand nombre de données pour vérifier leur fiabilité et les localiser dans l'espace. Dans cet article, un accent particulier a été mis sur l'élaboration de procédures pour évaluer la fiabilité des mesures. A cet effet, la base de données comprend toutes les informations nécessaires pour décrire les performances de l'instrument, telles que la taille du sac de sable et le diamètre du tubage des piézomètres à colonne ouverte pour évaluer leur décalage temporel, et les courbes d'étalonnage des transducteurs avec la possibilité de leur mise à jour. La position des instruments non fonctionnels est identifiée grâce à l'analyse du signal électrique et des affichages spatiaux, tandis que l'analyse de la redondance et de la cohérence des mesures est utilisée pour détecter les données douteuses. La base de données et le webGIS ont été appliqués aux données de surveillance d'un remblai du fleuve Adige dans le nord de l'Italie. La base de données et le système webGIS se sont avérés être un outil approprié et efficace pour la gestion et la validation des données en temps réel et des mesures périodiques sur le terrain.

Ceci est un aperçu du contenu de l'abonnement, accessible via votre institution.


2 réponses 2

Vous avez beaucoup de problèmes ici :

pre_get_posts n'est pas le bon crochet pour définir des modèles. pre_get_posts sont utilisés pour modifier les variables de requête de requête principale juste avant que le SQL ne soit construit pour exécuter la requête de la requête principale

Un filtre doit toujours retourner quelque chose. Ne pas le faire aura un comportement inattendu, et oublier cela peut vous conduire à une chasse à l'oie sauvage pendant des heures pour déboguer le problème.

L'utilisation de globals pour contrôler les fonctionnalités du thème ou pour stocker tout type de données est une mauvaise pratique et un codage peu sûr. WordPress a déjà fait un tel gâchis de globals, en particulier les conventions de nommage. Vérifiez simplement comment les débutants (qui ne connaît pas Wordpress) utilisent sans le savoir des variables telles que $post et $posts comme variables locales. Ce sont des utilisations globales natives par WordPress, et les utiliser comme variables locales casse les valeurs de ces globales.

À cause de cela, quelque chose sur la page ne va pas, il n'y a pas d'erreurs, vous êtes donc coincé dans une chasse à l'oie sauvage en essayant de déboguer quelque chose que vous avez inconsciemment cassé. Les globals sont un pur mal et vous devriez éviter de les utiliser. Pensez simplement que si vous utilisez la variable $wpgo_global_column_layout pour les arguments de requête d'une requête personnalisée, vous casserez la valeur du modèle qui doit être défini, votre modèle ne se charge pas car la valeur de $wpgo_global_column_layout n'est pas reconnue comme valide nom du modèle, vous êtes bourré et ne savez pas pourquoi votre modèle ne se charge pas car votre code est à 100% qui devrait charger un modèle personnalisé

is_tax () n'est pas la bonne vérification à utiliser pour vérifier si un article a un certain terme ou non, is_tax () vérifie simplement si vous êtes sur une archive de taxonomie ou non. Vous devriez utiliser has_term() qui fait exactement cela, vérifie si un certain message a un certain terme

Si vous devez définir un modèle pour une page de taxonomie, single_template n'est pas le bon hook, vous devriez utiliser le hook taxonomy_template ou le filtre plus générique template_include

Dans la ligne $post->post_type == 'annonce' || is_tax( 'advert_category' ) , je soupçonne que vous utilisez le mauvais opérateur. Vous devriez utiliser l'opérateur AND. Je ne vais pas expliquer cela ici car j'ai déjà fait quelque chose de similaire ici. Notez que, avec la configuration actuelle, chaque fois que vous affichez un message de l'annonce de type de message , votre condition retournera true et se déclenchera, que la deuxième condition ou non ( is_tax( 'advert_category' ) ) échoue.

Si vous devez cibler un terme selon l'ordre parent_child, il vous suffit de vérifier la propriété $parent de l'objet terme. Une valeur de 0 signifie que le terme est un parent, toute autre valeur signifie que le terme est un terme enfant/petit-enfant/petit-enfant/etc.

Laissons tomber les globals merdiques et définissons les modèles correctement. Je ne sais pas comment votre thème définit exactement les modèles via le $wpgo_global_column_layout , mais ce qui suit devrait fonctionner en priorité. J'ai commenté le code pour le rendre facile à suivre


5 réponses 5

Je n'ai pas encore trouvé de batteries tierces contenant une puce.

Comme vous le dites, l'utilisation d'une batterie sans puce ne permet pas à l'appareil photo de mesurer le niveau de puissance. Ne pas savoir exactement combien il reste de puissance est bien sûr un peu gênant, mais cela peut aussi causer d'autres problèmes. La caméra utilise les informations sur le niveau de puissance pour s'éteindre en toute sécurité lorsque le niveau devient critiquement bas, et sans ces informations, la caméra pourrait manquer de puissance au milieu d'une opération d'E/S. Si vous prenez des photos, le risque n'est pas très élevé, mais si vous filmez une vidéo lorsque l'alimentation est épuisée, cela risque de corrompre le fichier vidéo. Cela peut également corrompre les données du système de disque, ce qui rendra tous les fichiers de la carte illisibles.

Les batteries tierces que j'ai vues sont livrées avec un chargeur spécial, car elles ne peuvent pas être chargées avec le chargeur d'origine. Cela signifie que vous devez apporter deux chargeurs si vous avez les deux types de batteries.

Différence en pourcentage du prix de la caméra : 1%

J'ai vu plusieurs enquêtes différentes sur les batteries génériques, et bien que beaucoup d'entre elles soient assez bonnes, la capacité réelle varie énormément. Dans certains cas, lorsque vous tenez compte de cela, vous obtenez en fait plus pour votre argent pour les batteries de marque. C'est une situation malheureuse et c'est dommage qu'il n'y ait pas une meilleure normalisation (et un étiquetage honnête), mais je pense qu'il est préférable de considérer simplement quelques batteries supplémentaires comme un pour cent supplémentaire en plus du prix d'achat et, en gros, il suffit de le sucer .

Les batteries Maxtek lorsqu'elles sont achetées directement par leur intermédiaire sur amazon sont garanties de fonctionner. J'en ai acheté deux le 12 décembre 2013 et ils fonctionnent très bien et se chargent bien dans le chargeur canon. Ils suggèrent d'acheter directement auprès d'eux dès maintenant pour vous assurer d'obtenir les dernières nouveautés avec la puce que Canon reconnaîtra, car ils ne peuvent pas être sûrs qu'Amazon ou d'autres détaillants se sont débarrassés des stocks plus anciens qui ne sont pas compatibles.

Avant les mises à jour plus récentes du firmware, je n'avais aucun problème avec le fonctionnement d'une autre marque générique, mais maintenant, elle ne peut plus communiquer avec le corps.

Un récent blog de photographie majeur avait un article sur ce problème et ils avaient contacté Maxtek et leurs conseils étaient comme indiqué ci-dessus (achetez chez eux pour vous assurer qu'ils sont les plus récents avec la puce).

D'après mon expérience, les meilleures batteries tierces fonctionnent très bien, et pas les moins chères.

J'ai eu de la chance avec Watson (qui, j'en suis presque sûr, est une marque maison de B&H, ou du moins liée d'une manière ou d'une autre). Mon 6D est venu avec un il y a environ quatre ans, et il fonctionne toujours (même avec mon 5D Mark IV). J'ai fini par en acheter un deuxième lorsque j'ai eu mon 5D Mark IV pour en faire une paire assortie. :-)

En revanche, les batteries tierces bon marché fournies avec la poignée de batterie tierce de mon 6D (et les remplacements de celles après l'échec des deux premières) avaient également des puces, mais les puces ont cessé de fonctionner après des périodes aléatoires allant de jours aux mois. Je suis passé par. J'en pense à six avant de conclure que ça ne valait pas la peine de continuer à leur demander de remplacer les piles.

Si vous achetez des batteries tierces de qualité, telles que SterlingTek ou MaximalPower auprès de sources réputées, vous devriez obtenir des performances tout aussi bonnes que les batteries OEM Canon avec des économies significatives.

Une autre chose à considérer est que les batteries OEM authentiques sont plus susceptibles d'être contrefaites et présentées comme authentiques par des vendeurs louches. Les fausses batteries tierces ne sont pas aussi courantes. Après tout, si vous allez faire un faux bon marché, pourquoi ne pas imiter la version qui se vend 60 $ au lieu de la version qui se vend 20 $ ou 10 $ ou 5 $ ? Si vous achetez une batterie "authentique" auprès d'un vendeur non autorisé, il est fort probable que vous ayez acheté une contrefaçon. Si vous achetez des batteries "authentiques" ou tierces auprès de sources autorisées et réputées, vous avez beaucoup plus de chances d'obtenir ce que vous pensez payer pour.

Les versions à puissance maximale du Canon LP-E6 que j'ai achetées sur amazon.com fonctionnent exactement comme les batteries OEM fournies avec mes appareils photo. Il en va de même pour les batteries SterlingTek LP-E6 que j'ai achetées via amazon et les batteries Watson que j'ai achetées chez B&H. Ils se chargent sur le même chargeur, l'appareil photo lit le numéro de série dans la batterie et affiche le niveau de charge, le nombre de prises de vue, les performances de recharge et se souvient de la date et de l'état de charge la dernière fois que chaque batterie a été utilisée dans l'appareil photo.¹

Ces marques réputées coûtent encore environ 1/4 à 1/3 du coût de Canon OEM.

J'ai également utilisé des batteries SterlingTek pour mes Rebel XTi et 50D. Les SterlingTek NB2LH et BP-511A étaient tout aussi bons que les batteries Canon pour ces appareils photo. Le 2200mAH SterlingTek BP-511As a duré beaucoup plus longtemps par charge que les originaux Canon BP-511A 1390mAH. J'ai également essayé certaines des versions génériques vraiment bon marché du XTi et j'ai eu des résultats moins que stellaires. Ils n'ont pas duré aussi longtemps par charge et n'ont pas duré autant de cycles de charge/décharge avant qu'ils ne prennent plus une charge complète.

¹Non spécifique au 5D, 5D Mark II ou 7D mais applicable au 5D Mark III ou 7D Mark II et versions ultérieures :

Les anciennes batteries tierces LP-E6 fabriquées avant 2012-13 ne communiquent pas complètement avec les boîtiers Canon sortis depuis 2013 environ (y compris le 5D Mark III 2012 si l'appareil photo a été livré avec ou mis à jour vers la version 1.2.3 du micrologiciel publiée en août 2013 ou plus tard). Les nouveaux chargeurs fournis depuis 2013 rechignent également à charger les anciennes batteries tierces, mais conviennent parfaitement aux nouvelles versions tierces qui intègrent le nouveau micrologiciel introduit vers 2013.

Les anciennes batteries tierces, lorsqu'elles sont chargées avec un ancien chargeur Canon ou un chargeur tiers, alimenteront toujours parfaitement les nouveaux appareils photo, elles ne donnent tout simplement pas d'informations détaillées sur le nombre d'obturateurs depuis la dernière charge, les performances de recharge, etc. caméras, il vous sera demandé de confirmer le type de batterie que vous utilisez.

Canon met périodiquement à jour le protocole de la batterie, apparemment juste pour décourager l'utilisation de batteries tierces. Les anciennes batteries Canon ne sont pas (censées être²) affectées car le firmware des anciennes batteries contient déjà des lignes de code « secrètes » qui ne sont nécessaires qu'avec les protocoles mis à jour. Lorsque le nouvel appareil photo détecte une batterie sans le code caché, il vous donnera le message d'essayer de vous faire peur en n'achetant que des batteries Canon.

² Lorsque Canon a mis à jour la batterie LP-E6 vers le LP-E6N et révisé le chargeur LC-E6E, il y a eu un problème avec de nombreuses anciennes batteries OEM Canon LP-E6 qui ne se chargeaient pas correctement dans le nouveau chargeur.

Étant donné que les fabricants de batteries tiers effectuent l'ingénierie inverse de leurs batteries, ils n'ont pas inclus le "code caché" dans les anciennes copies de leurs remplacements LP-E6 qui ont été inversés à partir des anciennes batteries Canon sur lesquelles ils étaient basés, car les anciens appareils photo ne le font pas. interagir avec les lignes de code "cachées".

Tout est un jeu du chat et de la souris. Il ne faut généralement que quelques semaines aux principaux fabricants de batteries tiers pour déchiffrer le nouveau protocole et l'inclure dans leurs copies. J'utilise MaximalPower (Amazon est le seul vendeur autorisé) et des batteries tierces Sterling Tek. Mes plus anciens fonctionnent pleinement dans les 5DII et 7D, mais ont des fonctionnalités limitées dans les 5DIII et 7DII. Mes nouvelles batteries tierces de MaximalPower et Sterling Tek fonctionnent également pleinement dans les 5DIII et 7DII. Les batteries tierces semblent également gérer plus de cycles de charge/décharge avant que leurs performances ne se dégradent sensiblement. C'est peut-être l'une des raisons pour lesquelles Canon joue à de tels jeux : leurs propres batteries ne sont pas aussi bonnes que les meilleures batteries tierces. Il y a aussi beaucoup de batteries tierces merdiques.


3 réponses 3

Je dois ajouter les deux post_meta :

Et le reste de la réponse "devrait" être couvert par wp_set_object_terms :

Cependant, cette fonction n'est pas entièrement disponible au moment où j'en ai besoin - la réponse était donc de créer un remplacement simple pour cette fonction :

Que je peux appeler à l'aide d'une instance de classe statique (car la méthode fait partie d'une classe distincte dans mon cas. ):

J'ai trouvé que la fonction update_field () fait le travail pour moi, je ne sais pas si elle a été mise à jour depuis pour que cela se produise. Tout ce que vous devez faire attention, c'est si vous avez un champ à choix unique (sélectionner) ou un champ qui permet des sélections multiples - vous devez passer par un tableau d'identifiants de taxonomie s'il s'agit de multiples, en gros.

La fonction update_field() gérera automatiquement la sérialisation pour vous en fonction des paramètres du champ, vous n'avez donc à vous soucier de rien d'autre.

J'ai utilisé cette méthode pour mettre à jour à la fois des champs de taxonomie uniques et multiples sur le même enregistrement de publication, et j'ai testé que je pouvais ensuite interroger ces résultats à l'aide des méthodes recommandées par ACF. .

EDIT: une chose à garder à l'esprit, vous remarquerez que j'ai transformé le term_id en une chaîne en l'enveloppant entre guillemets - ACF stocke les identifiants sous forme de chaînes dans des tableaux sérialisés, c'est donc essentiel ou leurs suggestions pour interroger ces données ne fonctionnera pas (et lorsque vous terminerez le champ via wp-admin à l'avenir, il le changera de toute façon en une chaîne).


4 réponses 4

Vous coupez et collez probablement la commande (ou des parties de celle-ci) à partir d'un document au lieu de la saisir manuellement. Habituellement, cela ne fait aucune différence, mais dans ce cas, le deuxième caractère de guillemet a été inséré comme un "guillemet simple droit" ( ' ) au lieu d'une "apostrophe" ( ' ). La différence est subtile -- voir cette page pour plus de détails :

La raison pour laquelle cela s'est probablement produit est que lorsque vous avez tapé pour la première fois la commande dans le document pour l'enregistrer pour référence future, votre traitement de texte a automatiquement converti la deuxième apostrophe en un guillemet simple droit. Cela rend le caractère plus joli à l'écran, mais bash ne reconnaît pas ce caractère comme une guillemet de fermeture valide, vous rencontrez donc le problème. Il imprime " > " pour demander une entrée supplémentaire, car il pense toujours que le devis d'origine n'a pas été fermé.

Le correctif consiste à changer ce caractère en apostrophe - il suffit de le retaper manuellement dans bash à partir du clavier. Et vous pouvez également le corriger dans votre document afin que le futur copier-coller fonctionne correctement.


Voir la vidéo: Postgresql: Create Postgis database and import shapefiles.