Suite

Enregistrement d'un itinéraire calibré dans QGIS pour une utilisation « future »

Enregistrement d'un itinéraire calibré dans QGIS pour une utilisation « future »


Un vecteur calibré (après avoir utilisé LRS) peut-il être enregistré avec des valeurs M, de sorte que le fichier n'ait pas à être calibré à chaque utilisation ? Nous travaillons actuellement sur les données des routes nationales, et il a de nombreux enregistrements à la fois sur les routes, une houle comme les points de mesure. Existe-t-il un moyen pour qu'une fois les vecteurs calibrés, ceux-ci puissent être sauvegardés afin que nous n'ayons pas à passer par le processus de calibrage à chaque fois que nous les utilisons ?


Ce n'est actuellement pas implémenté dans le plugin, mais ne devrait pas être très difficile à implémenter. Pensez à le suggérer comme nouvelle fonctionnalité sur http://github.com/blazek/lrs/issues


GeoWeb et gestion de crise : enjeux et perspectives de l'information géographique volontaire

La cartographie, et plus généralement la géolocalisation, est devenue omniprésente sur Internet. Cette démocratisation de la géomatique à travers le GéoWeb se traduit par l'émergence d'une nouvelle forme de cartographie basée sur les technologies Web 2.0. Qualifiée de Web-mapping 2.0, elle se caractérise notamment par une interactivité élevée et des contenus basés sur la géolocalisation générés par les utilisateurs. Une série d'événements récents (ouragans, tremblements de terre, pandémies) ont poussé au développement de nombreuses applications Web cartographiques destinées à informer le public et à encourager leur contribution à l'appui à la gestion de crise. Cette nouvelle façon de produire et de diffuser l'information géographique en temps de crise soulève de nombreuses questions et de nouveaux potentiels vis-à-vis des services d'urgence, des Organisations Non Gouvernementales (ONG), ainsi que des particuliers. Cet article vise à mettre en perspective le développement du GeoWeb, tant en termes de technologies que d'applications, face aux processus de gestion de crise.


Outils SIG pour l'apparition des tiques et des maladies transmises par les tiques

Les systèmes d'information géographique (SIG), leurs composants fondamentaux et leurs technologies sont décrits. Le SIG est un système informatique permettant le stockage, l'intégration, l'interrogation, l'affichage et l'analyse de données en utilisant des informations sur l'emplacement des données. En outre, les méthodes de télédétection (RS) et leur application dans la caractérisation du paysage sont décrites. L'analyse de la configuration du paysage, combinée à l'analyse statistique, permet de déterminer les prédicteurs du paysage du risque de maladie. Cela fait du RS/GIS un puissant ensemble d'outils pour la surveillance des maladies, permettant de prévoir les épidémies potentielles et de cibler les programmes d'intervention. L'«ère pré-SIG» est brièvement décrite, y compris la cartographie précoce de la distribution des tiques, les analyses et l'affichage des données biogéographiques et médicales. La théorie de la focalisation naturelle des maladies (NFD) est expliquée et son importance dans la recherche sur les maladies transmises par les tiques (TBD) est discutée. De nombreux problèmes d'écologie des tiques et d'épidémiologie et d'épizootologie à déterminer ont été abordés au moyen de SIG et des exemples de ces études sont présentés et discutés.


Abstrait

Comprendre comment les composantes des villes interfèrent dans l'Ile de Chaleur Urbaine (ICU) est devenu un grand défi majeur pour les sociétés qui cherchent à améliorer la qualité de vie par la mise en œuvre de critères d'urbanisme. Dans cette recherche, la ville de Grenade (Espagne) a été divisée en quatre zones climatiques locales (LCZ) selon l'inventaire Corine Land Cover, pour étudier la température de surface du sol (LST) et l'UHI diurne et nocturne à l'aide de l'imagerie Sentinel 3. Pour chaque LCZ, les facteurs urbains ont été quantifiés au moyen de la méthode d'analyse statistique Data Panel, et les relations multivariées qui influencent statistiquement l'UHI ont été déterminées. Les résultats indiquent un îlot de refroidissement urbain le matin avec une température moyenne de -0,6 K, l'effet étant plus important dans la LCZ basse densité que dans la LCZ haute densité. La nuit, un UHI avec une température moyenne de 0,7 K est produit, cet effet étant plus important dans les LCZ compactes que dans les ouvertes. Deux facteurs communs influencent significativement l'UHI diurne et nocturne : la fraction de couverture végétale et le rayonnement solaire. De plus, pour la journée UHI, l'altitude et la densité de population ressortent comme significatives. Pour l'UHI de nuit, le vent, le facteur de fraction de surface imperméable et le facteur de vue du ciel se distinguent en outre.


Résultats

Notre objectif initial étant de mettre en place, d'affiner et de tester la méthodologie, nous nous sommes concentrés sur une zone de contrôle unique qui contenait tous les éléments clés du scénario d'évacuation, et qui est représentative du contenu du SIG pour l'ensemble de la zone à risque. Pour cela, la zone autour de la plage de Ficogrande a été choisie (Fig. 3). Cette zone a été particulièrement touchée par le tsunami de décembre 2002, où l'eau et les débris entraînés ont atteint une hauteur de 10 m le long de cette portion de côte causant de lourds dégâts matériels aux bâtiments (Tinti et al. 2006a). La topographie est également extrêmement peu pratique en termes d'évacuation, où une zone plate de seulement 5 m de large est adossée à une falaise de 12 m de haut représentée par un front de coulée de lave, celle de l'unité San Bartolo mise en place lors de la dernière éruption du flanc du Stromboli 5 ka (Calvari et al. 2011). Étant donné que la majeure partie du village repose sur de telles unités (Calvari et al. 2011), une telle configuration topographique est courante le long de ce littoral. Cela signifie que l'évacuation se fait soit en haut d'une colline escarpée (ou un escalier qui monte le front d'écoulement), soit en suivant la route côtière de sorte que l'évacuation soit parallèle au rivage sur une certaine distance. Heureusement, le tsunami de 2002 a eu lieu en décembre, la zone était donc particulièrement vide.

Notre enquête de janvier 2020 a montré qu'aucun des bâtiments du secteur de Ficogrande n'était occupé pendant l'hiver, et une population de passage diurne maximale comprise entre un et trois (il s'agit d'ouvriers qui entretiennent les jardins de l'hôtel en bord de mer, de pêcheurs sur la jetée au sud de la zone, ou les personnes traversant le secteur sur la route côtière à vélo ou Ape - un petit cyclomoteur à trois roues adapté au transport de marchandises dans les ruelles étroites du village de Stromboli). Cependant, en été, les nombreuses locations de vacances et deux hôtels qui caractérisent l'utilisation des terres de cette zone sont ouverts, et le jour les restaurants de bord de mer sont également ouverts et pleins. Ficogrande représente également une plage touristique populaire, et pendant n'importe quelle nuit d'été, l'estimation de la densité basée sur les annonces de location sur Internet montre que 400 à 500 personnes peuvent être hébergées dans cette zone.

Les trois zones dangereuses occupent ce secteur : rouge, jaune et vert (Fig. 6). Parmi celles-ci, la zone rouge représente la zone qui doit être évacuée dans les 4 min dans le cas d'un tsunami de type décembre 2002. Il contient 31 bâtiments de location de vacances et deux hôtels. La zone jaune est la zone de marge d'erreur de 5 m de hauteur à considérer lors d'une évacuation et la zone verte, au dessus de la ligne de contour de 15 m, correspond à la zone de sécurité. À noter que la zone jaune est parfois absente de la zone d'étude en raison de la présence de la falaise : la zone rouge s'étend jusqu'à la base de la falaise, et la zone verte débute au sommet de celle-ci.

Zones dangereuses à Ficogrande

Heures d'évacuation

La figure 7 montre toutes les voies d'évacuation possibles à partir de tous les points de départ possibles dans le secteur de Ficogrande. En plus des sorties des bâtiments, des voies d'évacuation et des sorties de plage devaient être définies. Sur la plage, cinq sorties sont présentes. Cependant, certains ne sont pas accessibles en raison soit de leur mauvais état d'entretien, soit de l'érosion du sable due à la tempête du 23 décembre 2019 qui a laissé les points de sortie suspendus à 1 m au-dessus du niveau de la plage. En janvier 2020, seules les deux sorties à l'extrémité nord de la plage étaient donc utilisables. Cependant, des chemins sur la plage ont été tracés pour rejoindre chacune des cinq sorties. Les points de départ des tests pour chaque évacuation sont représentés par les centroïdes rouges au sein de la grille de départ peuplée et les points d'arrivée par les points d'entrée (RAEP) vers les zones refuges (Fig. 7).

Itinéraires d'évacuation de tous les centroïdes de départ

Nous pouvons maintenant utiliser ce réseau pour estimer le temps d'évacuation et l'itinéraire d'évacuation optimal (Fig. 8). Les calculs de temps d'évacuation ne prennent en compte que les vitesses enregistrées pour le réseau routier. Ils n'incluent pas le temps nécessaire pour sortir du bâtiment, et il n'y a pas de facteur de temps de réaction ou de prise en compte des phénomènes de congestion, car ceux-ci ne peuvent pas être inclus à l'aide du plugin QNEAT3. Les résultats des tests montrent que la voie d'évacuation la plus rapide consiste à suivre la Via Marina vers l'ouest ou l'est jusqu'à l'escalier central (Fig. 8). Ainsi, 79 points de départ sont évacués vers RAEP13, 14 vers RAEP14 et un seul vers RAEP12. Cela signifie que plus des trois quarts des personnes de ce secteur (potentiellement 300 à 375 personnes) évacueront vers le même point en utilisant le même escalier étroit qui alimente le RAEP13 (Fig. 9). La répartition des individus entre les différents points d'entrée de la zone de refuge n'est donc pas homogène et créera un groupe de personnes beaucoup plus important au RAEP13 et pourra ainsi être signalé comme un goulot d'étranglement potentiel (cf. Ma et al. 2014).

Évaluation de la possibilité d'évacuer en moins de 4 min à Ficogrande

Accès principal à Ficogrande : Via Nunziante. une De la plage en remontant jusqu'à la RAEP13. b De la RAEP13 en descendant vers la plage

La figure 8 montre que le RAEP le plus proche en termes de distance n'est pas toujours celui qui est atteint le plus rapidement, comme on peut le voir avec les points de départ 73, 74, 80 et 85 dans le coin nord-est de la carte. Ces points doivent être évacués dans le sens du danger (vers et le long de la côte) puis remonter l'escalier de la Via Nunziante jusqu'à RAEP13 au lieu de remonter la première route intérieure rencontrée (jusqu'à RAEP 14). Les temps d'évacuation de l'ensemble du secteur de Ficogrande sont très variables (Tableau 4), allant de 47 s (Point 41) à 7 min et 6 s (Point 94).

Un tsunami généré par un glissement de terrain au pied de la Sciara del Fuoco arrivera à Ficogrande en moins de 4 minutes après l'alerte de la sirène. On voit ici que sur les 94 points de départ, 73 peuvent être évacués (soit 67 points répartis entre 31 bâtiments, plus six points sur la plage) en moins de 4 min (Tableau 4, points verts sur la Fig. 8). Cela signifie que 21 points sont non évacuables (soit 7 points répartis entre quatre bâtiments, plus 14 points sur la plage) en 4 min (points rouges sur la Fig. 8). Une fois mis en place pour Ficogrande, le même type de cartes d'évacuation avec des points évacuables et non évacuables pourrait également être produit pour toutes les autres régions de la zone rouge, le SIG permettant de faciliter la génération et la mise à jour des cartes. Les cartes d'évacuation résultantes pour Piscità, Punta Lena et Scari sont données dans les annexes C, D et E, respectivement.

Plans d'évacuation individuels des bâtiments

Lors du travail de terrain, tous les bâtiments de la zone rouge ont été relevés, ce qui concernait un total de 35 bâtiments du secteur Ficogrande. Un exemple complété d'un relevé de bâtiment est disponible à l'annexe A, celui-ci étant pour le bâtiment 025B (Fig. 3). On voit que le bâtiment 025B possède deux grandes doubles portes au rez-de-chaussée qui ouvrent directement sur la route du front de mer accessible par passage sur un muret, permettant d'évacuer rapidement les habitants du rez-de-chaussée (annexe B). Cependant, l'évacuation du rez-de-chaussée implique l'utilisation d'une seule porte, une barrière et la descente d'une volée d'environ 20 marches pour accéder au chemin d'évacuation (annexe B). Evacuer par l'arrière du bâtiment n'est pas possible du fait de la présence de la falaise derrière le bâtiment, et se réfugier sur le toit ne sera pas une solution car le niveau du toit reste inférieur à 10 m et pourrait donc être inondé par le tsunami. Cependant, dans les cas où la hauteur du toit atteint le niveau de 10 m (correspondant au toit du premier ou du deuxième étage selon l'emplacement), la forme du toit pourrait être utilisée en dernier recours pour un abri d'évacuation vertical. Nous avons ainsi généré des cartes identifiant de telles options d'abris possibles (Fig. 10).

Prise en compte de l'évacuation verticale

Nous avons utilisé ces relevés et plans détaillés des bâtiments pour personnaliser les plans d'évacuation individuels pour chaque pièce de chaque bâtiment dans la zone rouge, où un exemple est donné dans la Fig. 11. Lors de la conception de ces cartes, nous suivons le rôle standard, la conception et l'utilisation des symboles pour les incendies. cartes d'évacuation affichées sur les portes des chambres dans les hôtels (cf. Kobes et al. 2010 Wang et al. 2014). Le but est de faire en sorte que les cartes ne paraissent pas choquantes, mais plutôt de faire face à un événement qui peut arriver et auquel il faut être préparé, comme c'est le cas pour les plans d'évacuation de type avion ou bateau à passagers. L'exemple de la figure 11 est relativement simple, mais des plans plus complexes peuvent être produits pour des bâtiments plus grands (contenant plusieurs appartements) et des hôtels, comme dans l'exemple de la figure 12. Dans de tels cas, les nombreuses pièces, couloirs, escaliers et sorties signifie que chaque pièce/porte a besoin d'un plan individuel avec une seule ligne menant à la sortie d'évacuation la plus proche. Encore une fois, un tel format de plan est familier à tout client de l'hôtel et est destiné à être utilisé par les hôtels qui souhaitent protéger leurs clients sans provoquer une peur inutile ou faire fuir les clients. Tout de même, les plans individuels ont été livrés dans un format powerpoint qui pouvait être modifié si nécessaire.

Plan d'évacuation personnalisé pour le bâtiment 025B

Plan d'évacuation personnalisé pour le bâtiment 013C


Enregistrement d'un itinéraire calibré dans QGIS pour une utilisation &ldquofuture&rdquo - Systèmes d'Information Géographique

Tous les articles publiés par MDPI sont rendus immédiatement disponibles dans le monde entier sous une licence en libre accès. Aucune autorisation particulière n'est requise pour réutiliser tout ou partie de l'article publié par MDPI, y compris les figures et les tableaux. Pour les articles publiés sous licence Creative Common CC BY en accès libre, toute partie de l'article peut être réutilisée sans autorisation à condition que l'article original soit clairement cité.

Les articles de fond représentent la recherche la plus avancée avec un potentiel important d'impact élevé dans le domaine. Les articles de fond sont soumis sur invitation individuelle ou sur recommandation des éditeurs scientifiques et font l'objet d'un examen par les pairs avant leur publication.

L'article de fond peut être soit un article de recherche original, soit une nouvelle étude de recherche substantielle qui implique souvent plusieurs techniques ou approches, ou un article de synthèse complet avec des mises à jour concises et précises sur les derniers progrès dans le domaine qui passe systématiquement en revue les avancées les plus passionnantes dans le domaine scientifique. Littérature. Ce type d'article donne un aperçu des orientations futures de la recherche ou des applications possibles.

Les articles du Choix de l'éditeur sont basés sur les recommandations des éditeurs scientifiques des revues MDPI du monde entier. Les rédacteurs en chef sélectionnent un petit nombre d'articles récemment publiés dans la revue qui, selon eux, seront particulièrement intéressants pour les auteurs ou importants dans ce domaine. L'objectif est de fournir un aperçu de certains des travaux les plus passionnants publiés dans les différents domaines de recherche de la revue.


3 réponses 3

Vous pouvez utiliser quelque chose comme ça

D'accord, tout d'abord, c'est très gênant et vraiment inutile de garder cette première ligne dans le bloc de données. Il doit être conservé séparément, car il donne une autre information que le reste de la trame de données.

(au fait, nommer un objet data est également imprudent, car c'est le nom de la fonction dans R)

Maintenant, comme n'importe quelle ligne du bloc de données n'est pas exceptionnelle, nous pouvons appliquer n'importe quelle fonction à chaque ligne. Je ne sais pas, qu'entendez-vous exactement par "pente", mais je suppose que vous voulez connaître la pente d'un modèle linéaire ajusté à ces points. Vous pouvez le faire comme ceci :

En conséquence, vous obtenez un vecteur numérique. Si vous souhaitez l'ajouter au bloc de données, vous pouvez exécuter


Les étapes suivantes de la réponse de JNixus sur reddit m'ont donné le résultat : l'écran tactile est désactivé et le pavé tactile fonctionne toujours : https://www.reddit.com/r/Dell/comments/76jm9x/dell_xps_9343_linux_wayland_touchscreen_help/

En utilisant la possibilité de désactiver un seul périphérique USB, nous avons juste besoin de créer une règle UDEV. Créer le fichier dans

Avec les informations suivantes

Vous pouvez trouver idVendor et idProduct en exécutant

Vous pouvez recharger les règles sans redémarrer

La puissance de Google à la rescousse. J'ai suivi les instructions ici et j'ai pu mettre sur liste noire le pilote de l'écran tactile. Conformément aux instructions, j'ai créé un fichier appelé hid_multitouch.conf dans /etc/modprobe.d .

Enregistrez, redémarrez et plus d'écran tactile glitch.

La solution hid_multitouch ci-dessus désactive tous les appareils multitouch s'il y en a plusieurs. Mais la route udev est un problème si votre appareil n'est pas USB (je pense). Donc, ce qui a fonctionné pour moi, c'est de dissocier le périphérique du pilote, au lieu de décharger tout le pilote.

Vous pouvez trouver les périphériques liés au pilote hid-multitouch avec

Cela affichera quelques fichiers et dossiers, mais les identifiants réels de l'appareil sont une combinaison de caractères et de chiffres comme celui-ci : 0018:06CB:19AC.0001 .

Vous pouvez avoir plusieurs appareils là-dedans. Je viens de trouver le bon par essais et erreurs. Une fois que vous le savez, vous pouvez le dissocier du pilote avec :

Cela désactivera (temporairement) le pilote. Ensuite, vous pouvez utiliser rc-local ou un service systemd dédié pour le rendre permanent. Vous ne pouvez pas le faire dans .bashrc ou dans des scripts d'espace utilisateur similaires, car vous devez être root pour le faire.


N'a pas de logiciel pour le faire, mais vous voudrez peut-être calibrer votre contrôleur.

Processus d'étalonnage :

  1. Allez dans Démarrer > Panneau de configuration
  2. Sélectionnez les périphériques et les imprimantes
  3. Cliquez avec le bouton droit sur le contrôleur et cliquez sur Paramètres du contrôleur de jeu
  4. Allez dans Propriétés > onglet Paramètres > Calibrer
  5. Accédez à Device Calibration Wizard pour configurer les axes du contrôleur et cliquez sur suivant
  6. L'assistant vous guidera tout au long du processus d'étalonnage
  7. Enregistrez la configuration et cliquez sur Terminer.
  8. Testez maintenant le fonctionnement du contrôleur depuis l'onglet test
  9. Cliquez deux fois sur ok si le test a réussi, sinon cliquez sur Paramètres > Réinitialiser par défaut et réessayez

Vous ne pouvez pas avec un logiciel, mais vous pouvez peut-être le faire avec des modifications matérielles.

Le pavé D est essentiellement composé de 4 commutateurs, un pour chaque direction principale. Le commutateur Dpad « bascule » dans 8 directions. Ensuite, le pad est pressé dans un sens primaire, un seul interrupteur est activé. Lorsqu'il est enfoncé en diagonale, deux commutateurs sont activés, au lieu d'un.

Selon la manière exacte dont les pilotes et le jeu sont écrits, il est possible que vous désactiviez l'entrée "diagonale", mais vous vous retrouveriez dans une situation où il n'y a aucun moyen de détecter quelle est la direction "correcte" enfoncée, lorsque vous glisser et appuyez sur une diagonale.

Vous auriez besoin de trouver un moyen d'empêcher deux commutateurs d'être actifs à la fois. probablement avec un mod matériel pour empêcher physiquement ce mouvement. Ensuite, en théorie du moins, vous ne pourrez pas donner d'entrée diagonale.


Cours facultatif 3 - Principes d'économie des marchés immobiliers

L'objectif du cours est de doter les étudiants d'une connaissance de base des outils et mécanismes qui sous-tendent l'économie du marché immobilier, et s'adresse aux étudiants n'ayant aucune connaissance préalable en économie. Les conférences se concentreront sur des sujets essentiels pour l'étude future de l'économie et de la finance avancées du marché immobilier. Le cours pourrait être traité comme une introduction à un cours de « Finance des marchés immobiliers » ou comme un cours de base complet d'une entité distincte en économie des marchés immobiliers.


Voir la vidéo: How To Import Data GPS in QGIS Hannover